31 mai 2011

{Test#452} Une journée au parc Astérix

Ce week-end, je suis allé avec ma bande de potes au parc Astérix. En plus d'un temps superbe, ce genre de sorties sont l'occasion de passer de super moments laissant de très bons souvenirs. C'est toujours comme ça, avec sa vraie bande de potes.

La journée commence tôt le matin, avec une navette qui doit nous amener directement du Louvre au parc. Le départ est prévu pour 8:45, nous prenons un peu de marge.

Et bien nous a pris. Entre la ligne 1, en ce moment en travaux, et l'emplacement exact du car (que l'on trouvera finalement au parking de la galerie du Caroussel, près de l'Apple Store), nous sommes juste à l'heure.

Le fait d'être dans un car met tout de suite en vacances. Ambiance colonie de vacances entre les binômes qui se forment pour la durée du voyage et se parlent à travers le car.

Nous arrivons à l'ouverture et passerons toute la journée sur un même style : no stress. Nous allons d'une attraction à l'autre sans se poser de question, ni en courant dans le parc dans tous les sens.

Les attractions justement sont plutôt classiques : tasses tournantes (ici les chaudrons qui rendent malades), chaises volantes (sympa et tranquille), grand 8 (que je n'ai pas fait en qualité de flipette, j'avoue), ou manoir hanté (nullissime), cela fonctionne sans être révolutionnaire.

Mention spéciale tout de même à l'attraction phare, Tonnerre de Zeus, une attraction tout en bois, franchement pas rassurant quand on regarde les wagons foncer sur les rails alors que l'armature grince. Sensations assurées, c'est une chouette attraction.

Ce qui est propre à ce parc, par rapport à celui de Mickey, ce sont les attractions d'eau. Entre Menhir express, Le Grand Splatch, et les deux parcours de bouées, c'est idéal quand il fait beau et chaud pour se rafraichir.

En revanche, là ou j'ai été déçu, c'est concernant l'enrobage, la déco, l'univers crée autour des attractions. Rien de cohérent, d'un bout a l'autre du parc.

Mis a part le village Gaulois, ou nous sommes bien en effet dans l'univers de Goscinny et Uderzo, tout le reste du parc tourne autour de l'Egypte, le Paris du 18eme, les Châteaux du Moyen-Age, etc. On pourrait tout aussi bien être dans un autre parc, on n'y verrait pas la différence !

Comme ailleurs, tous les plus produits : boissons, bonbons, souvenirs, sandwichs sont horriblement chers. Ici par contre il est autorisé de ramener son sandwich.

La grande différence avec le parc de la souris aux grandes oreilles, c'est le prix de l'entrée. A tarifs pleins, Asterix coute 25€ tandis que Mickeyland coute 40€ (sauf promotions, etc)!

Pour conclure, le parc Asterix, c'est un parc un peu moins fait pour les tous petits que Disneyland Paris, peut-être aussi un peu moins "pousse à la vente".

Les beaux jours approchant, c'est une très bonne idée pour y passer un jour de congé. En plus à partir de demain, Lutèce plage, une version romaine de Paris Plage est installée, avec des jeux d'eau, des jets, et du sable au bord du lac.

Mais une chose est sûre, si vous souhaitez y passer un super moment, entourez vous bien ! Parce que ce n'est pas le lieu qui y fera, mais bien les gens avec lesquels vous vous y rendrez !

Parc Asterix, le site internet, avec toutes les infos.

30 mai 2011

{Test#451} Le maillot de bain of the year #1 Psychédélique chez Intymen

Ça y est, c'est reparti, nous voilà de nouveau bientôt en été, et la période des vacances va bientôt commencer. Il y a les pressés, qui partent en juin, il y a les juillettistes, les aoûtiens, souvent parisiens, et les tardifs comme moi qui partent en septembre.

Mais quel que soit votre mois de vacances, que vous partiez à la mer, la campagne ou la montagne, vacances rime toujours à un moment donné avec baignade, et si un accessoire est indispensable à la baignade (quoique, pas tout le temps) c'est le maillot de bain.

Sur la plupart des plages, ce sera pratiquement votre seul élément de mode, alors chaque année il est important de bien le choisir. Rappelez-vous de mon choix de maillots de l'an dernier. Cette année, je vous présente les choses un peu différemment : chaque semaine, je vais vous présenter un maillot.

Des psychédéliques comme aujourd'hui, des très classiques, il y en aura pour tous les goûts, pendant 5 semaines au terme desquelles c'est vous qui voterez pour le it-maillot de bain, celui à avoir cette année.

Commençons donc cette semaine par la marque Intymen. Celle-ci propose pour sa collection de l'année des modèles aux coupes plutôt classiques, mais originales par leurs motifs. Et c'est le moins qu'on puisse dire.

Les maillots de bains sont psychédéliques, dans les bleus, saumon, ou autres couleurs. Il y en a tout de même un beaucoup plus classique et noir. 7 modèles au total que vous pouvez voir ici. C'est sûr ça change des modèles basiques.

Pour ce qui est de la matière, Il s'agit principalement de nylon, rien de nouveau. Pour attacher le maillot, un cordon sort par l'avant, volontairement visible, avec deux embouts en métal. Jolie finition.

Enfin au niveau du prix, ces maillots se trouvent pour 32$ à 39$ chez Undergear par exemple, ou 30$ à 36$ chez Erogenos. Pas donné, il faut aimer le motif à ce prix là. Toute la liste des points de vente juste ici.

La semaine prochaine, un maillot de bain beaucoup plus classique, qu'aimeront certainement ceux qui ne portent d'habitude rien. Mais, je n'en dis pas plus.


Intymen.com

29 mai 2011

{Test#450} Blacks vs Cruising, le match

Aujourd'hui ce n'est pas d'un, mais de deux films X que je vais vous parler. Et c'est sous forme de match que je vous présente les deux concurrents : Dark Cruising 5 d'un côté, et Black & friends 2 de l'autre. Rapide présentation :

Dark Cruising 5 tout d'abord est, comme son nom l'indique le 5e opus d'une série produite avec le site internet darkcruising.com. Chaque fois, cela se passe dans des backrooms, de préférence avec des bad boys qui n' y vont pas de main morte, si je puis dire...

Black And friends 2 quant à lui met en scène des Blacks, et ceux qui les aiment. Le film est américain et en partenariat avec le site universblack.com.

D'instinct, ma préférence irait vers le Cruising plutôt que les blacks, mais voyons les arguments de chacun.

ACTEURS

Dans Dark Cruising 5 (DC5), 12 acteurs dévoilent l'un après l'autre leurs atouts. Et pour le moins qu'on puisse dire c'est qu'ils ne sont pas choisis pour leur belle gueule. Plus ils font méchants et mieux c'est. Mis a part un ou deux petits bruns, et un certain Aymeric Deville, annoncé comme guest star, les autres ne sont pas franchement fameux...

Dans Black & Friends 2 (B&F2), 10 acteurs seulement passent à la casserole. Mais pour le coup, même si je ne suis d'ordinaire pas spécialement attiré par les blacks, il faut bien avouer que celui de la première scène, en solo, et un ou deux autres ne sont vraiment pas mal.

DC5 : 0 point. B&F2 : 1 point.

SCENES

DC5 se déroule sur 7 scènes et 120 mn, ce qui est pas mal. En revanche ces scènes sont absolument toutes construites de la même façon, ce qui est du coup très chiant. Toutes les scènes se passent entre deux des acteurs, pas moins pas plus.

B&F2 de son côté présente sur 120 minutes également 6 scènes seulement, mais plus variées. La première est un solo, la dernière avec 3 acteurs. Entre les deux, des duos. Plus de rythme, donc plus sympa.

DC5 : 0 point. B&F2 : 2 points.

DE L'ACTION.

Dans DC5, et c'est le point fort du film, les acteurs n'ont pas peur de se mouiller. Ils jouent de la langue, des doigts, se font plaisir eux-mêmes, se donnent des fessées, jouent avec leur chaussures ou se crachent dessus, pas beaucoup de limite, et c'est un peu ce qu'on attend dans ce genre de films.

Dans B&F2, c'est beaucoup plus classique. On commence par s'embrasser, puis aux plaisirs oraux se succèdent des démonstrations plus invasives, pour finir par une libération jouissive. Trop de classique tue le classique.

DC5 : 1 point. B&F2 : 2 points.

LES ENGINS

Et oui, les engins montrés dans les films pornos gays sont un argument de choix, selon moi. Et si les acteurs sont plus mignons dans le film de blacks, ils sont castés pour être tous très très très bien membrés dans le film sur le Cruising.

Un déballage de trucs énormes qui ne doit pas tomber dans les mains d'un jeune ado se posant des questions sur la taille moyenne d'un zizi. Ses références seraient clairement faussées.

DC5 : 2 points. B&F2 : 2 points.

SCENARIO

C'est bien connu, les films X ne sont pas réputés pour leurs scénarios géniaux. Surtout dans ce genre de films, découpés en scènes n'ayant aucun rapport l'une avec l'autre. La moindre tentative de scénario est donc accueillie avec bienveillance.

Et ce n'est pas DC5 qui va nous contenter sur ce point, car dans ce milieu sombre où les scènes se ressemblent on ne s'encombre pas de la moindre trace d'un scénario. Un garçon. Un glory hole, quelque chose en sort et hop c'est parti. Basique, efficace, mais lassant.

En revanche, je salue les quelques tentatives de scénario de B&F2. Un garçon observe un autre dans sa cuisine et le trouve méga excitant dans son peignoir, du coup il se touche derrière la baie vitrée.

La scène suivante, c'est un joggeur qui va croiser le regard d'un hispano, d'un seul regard ils décideront de filer dans une ruelle. Ok c'est pas extraordinaire, mais ça a le mérite d'exister.

DC5 : 2 points. B&F2 : 3 points.

Au final, c'est donc Black & Friends 2 que je recommande, plutôt que Dark Cruising 5, dont le défaut majeur est vraiment la monotonie.

Black & Friends 2. 39,90 € chez universback.com. Le trailer ici.

Dark Cruising 5. 39,90 € chez darkcruising.com. Le trailer ici.

28 mai 2011

{Test#449} Godzy, le resto japonais Kawai du 17è


Tout a commencé la semaine dernière, quand j'ai reçu un mail d'un certain Jimmy de chez Godzy qui m'expliquait de manière méga convaincante et motivée qu'il fallait absolument que je vienne tester le concept innovant d'un nouveau resto, dans le 17è : Godzy.


Godzy, c'est en effet tout un concept. Le japonais réinventé de A à Z. Au niveau de l'ambiance, on est dans la restauration rapide, avec des plateaux que l'on débarrasse, un comptoir pour commander et quelques tables hautes pour manger. L'endroit est accueillant, moderne et sympa.


Et la pièce maîtresse du resto, niveau déco, c'est une grande toile, dessinée en deux jours seulement par des élèves de la super école française de manga, l'Eurasiam. Un Godzilla géant qui détruit tout dans Paris, avec une multitude de petits détails à observer. Magnifique !

Le fast-food nipon se veut éco-responsable, avec de la vaisselle jetable complètement recyclable, en bois ou en carton.


Autre nouveauté par rapport aux autres japonais, on ne commande pas un menu M1, ou P4, mais on choisit ses éléments, à la carte. Et au passage en caisse, le vendeur trouve le menu qui vous fera payer au plus juste. Ces menus vont de 6,50 € à 16 €, et je peux vous dire que les gros mangeurs en auront pour leur faim avec ce dernier. Abordable, donc...


Une immersion dans la culture nippone, une démarche éco-responsable, un mode de consommation qui change, le principe est sympa. Mais qu'en est-il de la bouffe, à proprement parler? Parce que finalement, c'est pour ça qu'on vient. Et en tant que testeur fou, j'ai (presque) tout goûté, pour tout vous dire.


Les sushis sont frais. Les bouchées sont standard, le poisson est bon. Le choix dans cette catégorie n'est pas vaste : saumon, poisson blanc, végétarien, ou (en test dans le restaurant) anguille, au goût plus prononcé.


Les brochettes, que l'on peut aussi trouver dans les autres japonais, sont vraiment super bonnes. Le boeuf au fromage est fondant (je pense que le fromage en lui-même est bien meilleur...), le poulet caramélisé est à tomber, le saumon est fin, et la brochette de foie gras poêlé est un petit plaisir que je ne me suis pas refusé.

Toujours comme dans les autres japonais, mais en un peu mieux, on trouve la salade de chou, la soupe miso (très raffinée) ou la salade d'algues (très graphique quant à elle).


Mais là où ce restaurant se différencie culinairement parlant, c'est au niveau des spécialités japonaises. Entre un potimarron pané exquis, des Gyozas (raviolis) au curry, poulet ou saumon absolument pas gras, les crevettes panées, les tempuras de légumes, tout est vraiment simple et bon !

Côté boisson ne cherchez pas le Coca, ici on ne sert que des boissons natures, genre l'O2 (eau enrichie à l'oxygène), la boisson énergisante Chamane, ou du thé Matcha.


Et si vous n'étiez pas encore convaincus, Godzy a une méga botte secrète, c'est ses desserts. Autant dans les autres japonais on ne trouve pas de desserts japonais proprement dits, autant ici les Motchi sont à se damner.

Un Motchi, c'est une pâte de riz (un peu comme dans les boules coco) au coeur de thé Matcha, et c'est incroyablement bon ! Dans le genre, les Motchi glacés sont excellents aussi. Cette fois le coeur est en glace à la vanille ou au chocolat. Rien que pour ça, ça vaut le détour !


Une adresse Kawaï que je conseille donc vivement, vous aurez pu le remarquer.

Godzy c'est au 31 rue Legendre, dans le 17è arrondissement, et c'est ouvert de 11h30 à 22h00 !
Toutes les infos sur godzy.fr

27 mai 2011

{Test#448} Le lecteur mp3 Aquatique


Tiens, ça faisait longtemps que je ne vous avais parlé d'un accessoire aquatique. Et depuis que je suis devenu la petite sirène, j'en ai des tas dans mon baluchon. Le dernier en date, le mp3 étanche, pour être en rythme, même dans la piscine.

Le mp3 Nimaco, que j'ai trouvé chez Décathlon est un mp3 étanche, tout simple d'utilisation. Il se fixe sur tous les types d'élastiques, comme celui des lunettes de piscine, ou sur un bandeau fourni avec le lecteur.


Pas d'écran, ni de possibilité de contrôler sa liste de lecture, le lecteur est plutôt basique, et lit les morceaux les uns après les autres. On peut uniquement passer un morceau ou revenir en arrière, ainsi que régler le son, et mettre en lecture ou en pause.

Sa capacité est de 1 Go. Pas énorme mais largement suffisant pour des séances de piscine. On peut y stocker plus de 200 morceaux, ce qui est franchement pas mal.


Une fois sous l'eau, le son est comme étouffé, un peu comme si on était à la porte d'une boîte de nuit, les basses assourdies et le son ouaté. C'est assez rigolo de pouvoir se laisser porter sur sa playlist du moment même sous l'eau. En revanche, quelques tests préalables sont à prévoir avant de plonger dans le grand bain :

Dans le kit du mp3 sont fournis des bouchons de tailles différentes. Il convient de les tester, dans votre bain par exemple, pour choisir ceux qui sont les plus adaptés à votre morphologie. En effet un des points les plus importants de ce mp3 est qu'il ne faut pas que l'eau s'infiltre entre les écouteurs et votre oreille.


Sinon on n'entend plus rien et il faut réajuster. Profitez de ce test pour essayer les différentes commandes, si vous choisissez de mettre le mp3 sur l'arrière de vos lunettes de plongée. Les commandes se font donc à l'aveugle, sauf si vous avez des yeux derrière la tête.

Le jour où vous vous lancez avec cet accessoire dans le bassin olympique, prenez le temps de bien placer le mp3 sur les lunettes, les écouteurs sur chaque oreille, de manière à ne pas les réajuster à chaque longueur, sinon ça peut vite devenir énervant.


Une fois apprivoisé, en revanche, c'est un accessoire vraiment pratique et sympa. Parce que quand on y réfléchit, la natation est un sport bien solitaire, un peu comme le jogging où il est difficile de papoter, et un mp3 rend les séances bien plus agréables.

Ce modèle est en vente chez Décathlon, pour 49,90 €. Nabaiji en propose un autre, un peu plus gros (ce que je trouve moins pratique) et coloré, pour 69,90 €. Mais celui-ci propose en plus 2 Go de stockage, un écran rétro-éclairé, et une fonction pas mal du tout : le décompte du temps et de la distance parcourue. Lequel vous tente ?

26 mai 2011

{Test#447} Révélez votre plaque !

Mon mec est dans un gros trip dentaire. Entre ses visites incessantes chez le dentiste (faudrait que je me méfie d'ailleurs) et ses achats frénétiques de brosses interdentaires, de dentifrices qui renforcent les gencives, de bains de bouche divers, ça frise l'obsession.

Je jetais un coup d'oeil hier sur tout cet attirail de la dent blanche parfaite, quand je suis tombé sur un petit produit qui a attisé ma curiosité : un révélateur de plaque dentaire : Dento plaque Inava.


La plaque c'est vraiment juste une bitch. Entre les repas, elle s'installe. La nuit, elle élit domicile. Le jour, quand t'es tranquille devant ton ordi, elle s'insinue sur chaque centimètre carré de tes dents. D'où l'importance de les laver (pour ceux qui auraient eu des doutes quant à l'utilité).

Et le révélateur de plaque, c'est un produit qui sert à mettre en évidence les zones qui sont remplies de plaque dentaire. Un peu comme dans les experts, quand ils mettent des lunettes pour voir si quelqu'un est "passé par là" avec une lumière bleue. En gros si tu fais semblant de te laver les dents, c'est cramé !


J'ai testé le révélateur de plaque dentaire, un matin avant de me laver les dents. Pour constater avec effroi que cette bitch de plaque s'était cru chez mamie cette nuit.

Pour utiliser le révélateur de plaque, il suffit de mettre quelques gouttes dans 1/3 de verre d'eau. Le produit pur ressemble à un colorant, très concentré en couleur. Une fois mélangé, l'eau devient rosée, comme si on avait mis du sirop de grenadine.


Il suffit ensuite de se rincer la bouche avec ce mélange et de regarder dans une glace. Toutes les zones devenues roses sont recouvertes (en partie du moins) de plaque dentaire.

J'ai testé de nouveau, après m'être lavé les dents, cette fois. Et en effet, la coloration rose ne tient pas sur les dents. Je me suis donc bien lavé les dents, bravo Fabisounours. Ouf rassuré.


Un produit qui est donc efficace, et qui ne coûte qu'un peu moins de 4 €, chez paraseller par exemple. Ce genre de produits se trouve également dans à peu près toutes les pharmacies. Et étant donné la quantité de produit nécessaire, on peut garder un révélateur de plaque un certain temps.

Mais je me questionne quant à l'utilité réelle de ce genre de produit. Mis à part pour tester l'efficacité de son brossage, ou pour éduquer les enfants, c'est rigolo une fois, mais pas vraiment très utile. A moins qu'on soit un peu un psychopathe de la dent, ou plaquophobe...

24 mai 2011

{Test#446} Born This way, The Album

J'attendais, je dois vous l'avouer comme tout un tas d'autres pédés ce fameux album de la diva Gaga, un peu désabusé je crois de ses dernières prestations. Toujours plus folle, toujours plus flippante surtout. Quelle direction allait-elle adopter dans ce nouvel opus musical?


Et bien une fois encore, je suis personnellement surpris de la tournure que prend Lady Gaga. Alors que j'imaginais débarquer un album faiseur de tubes, aux accents rocks et pop, assez édulcoré, c'est finalement un travail très cohérent et beaucoup plus mature et perso qu'à pondu la chanteuse au steak.

Ce qui frappe, et qui d'ailleurs est très bien écrit sur un autre blog, le newwavehooker, c'est la volonté d'un "univers homogène, dense et compact". Et même si il y a pas mal de choses vues et revues, comme les synthés dance, les accents rock, le back to 80, l'ensemble est pourtant un ovni à l'identité propre.


Certains titres, comme SheiBe, chanté en partie en allemand, ou Government Hooker sont même vachement dark et laissent entrevoir la vraie Gaga. Celle qui sait aujourd'hui qu'elle peut assumer ses choix artistiques, quels qu'ils soient.

Là où j'étais inquiet de ce nouvel album, c'est quand j'ai entendu les deux derniers singles. The Edge of Glory, ainsi que Hair sont tous les deux des titres pas franchement extra (peut-être que Hair est un peu mieux tout de même). Mais franchement pas glorieux.


Et dans l'album, il y avait matière à faire beaucoup d'autres singles avec des titres bien mieux travaillés, comme Bloody Mary, Bad Kids, You and I, Americano, Marry The Night... Tout un tas de titres peut-être un peu moins faciles d'accès, mais à la seconde écoute vraiment intéressants, musicalement parlant. 

Au total 17 morceaux et 6 remix pour cet album qui, contre toute attente m'a séduit à plus d'un titre. Et encore un peu plus à chaque écoute. J'espère juste qu'avec cette maturité de musique, la diva cesse de se sentir obligée de nous épater chaque fois avec des tenues délirantes. Elle n'en a plus besoin, maintenant.

Born This Way, sur Itunes. 14,99 €
En écoute gratuite sur Deezer.

23 mai 2011

{Test#445} Expo Kubrick, à la cinémathèque de Bercy


Ce week-end, entre autres sorties je suis allé avec une copine voir l'expo sur le travail de Kubrick à la cinémathèque de Bercy. C'était la première fois que j'y entrais, depuis le temps que je passe devant le week-end en me dirigeant vers le Starbuck Saint-Emilion...


L'expo propose une rétrospective des films de Kubrick, depuis ses premiers courts-métrage pour des agences de presse à ses films devenus cultes, 2001, L'Odyssée de l'Espace, Orange Mécanique, Barry Lindon, Full Metal Jacket et j'en passe.


L'expo est assez intéressante, et nous montre des documents "backstage" : des scénarios griffonnés de la main du réalisateur, des éléments de décor, comme la table basse érotique de Orange Mécanique, les masques d'Eyes Wide Shut...

On y voit également des documents très techniques sur la construction et l'organisation de films ou des travaux préliminaires, comme la création complète d'un village du Vietnam pour Full Metal Jacket dans des ruines aux Etats-Unis.


L'ensemble est construit et la scénographie est simple et efficace. Mais il y a quelques petits points noirs :

Le premier, dû au lieu réside dans le fait que l'expo se déroule sur deux étages, ce qui n'est pas pratique du tout. En plein milieu de l'expo on doit prendre l'ascenseur, montrer de nouveau le ticket, etc... Pas bien pensé du tout.


Ensuite, la fin de l'expo est assez brouillonne. Alors que l'ensemble est très clair et construit, chaque salle portant sur un film, chaque film ayant sa couleur, on termine l'expo sur une boutique, mais il y a encore des choses à voir après.

L'impression, c'est que tout ce qu'ils ne pouvaient classer a été casé à la fin : les influences de Kubrick dans le cinéma aujourd'hui, les objectifs (de caméras) du réalisateur, des projets inachevés, la fin est un genre de fourre-tout qui laisse une mauvaise dernière impression.


Malgré tout, c'est une expo que je conseille, si vous aimez le cinéma, Kubrick ou ses films. Et en tous cas, ça donne envie de revoir tous ces chefs-d'oeuvres.

Ça se passe jusqu'au 23 juillet, à la Cinémathèque de Paris, tous les jours sauf le mardi, nocturne le jeudi. Plein tarif : 10 €. 51 rue de Bercy, Paris 12è


Tous les tarifs et infos sur le site de la cinémathèque

22 mai 2011

{Test#444} Je suis une carte aux trésors avec Bijoux indiscrets


J'ai testé ces derniers jours un accessoire très rigolo : le tampon corporel à l'encre parfumée de chez Bijoux indiscrets. Ce petit joujou fait penser a d′autres accessoires que j'avais testé il y a quelque temps: les crayons comestibles et  le crayon invisible pour le corps.

Cette fois le principe est similaire : se dessiner sur le corps et imaginer des scénarios coquins avec son partenaire. Et avec ce tampon, c'est super facile.


Le tampon Bijoux indiscrets se présente un peu comme un rouge a lèvres. Noir et cylindrique, il a deux embouts. Sur le premier une roulette permet de tracer des pointillés en bleu à l'infini. De l'autre côté, un autre tampon trace des croix rouges, comme autant d'étapes sur ce chemin.

Libre à vous d'imaginer toutes sortes de scénarios. Le plus simple est de proposer a votre partenaire d'aller d'un endroit a un autre de votre corps en suivant les pointillés, avec les doigts, la langue, des bisous... À vous de voir...


Si jamais l'encre se mettait a sécher, il suffit de réhydrater les tampons avec un coton imbibé d'un peu d'eau que l'on passe dessus.

Bijoux indiscrets est une marque plutôt sympa qui propose ce genre d'accessoires, toujours coquins, jamais cochons, le tout de manière très classe et avec un packaging qui va avec. Eux même decrivent leurs produits comme érotiques et sophistiqués.


Dans leur gamme "Les petits bonbons" il y a notamment du thé pour le bain, un CD de musique pour stripteaser, une bougie de massage et tout plein d'autres accessoires. Faites un tour sur le site internet de la marque pour faire le tour de ces objets rigolos.

Pour ce qui est du prix, le rouleau tampon coûte un peu moins de 10 €, vous le trouverez chez 1969, les spécialistes de tout ce qui est sexy, mais jamais vulgaire.


Mettez du noir autour des yeux, habillez vous d'un foulard et faites croire a votre chéri que vous êtes la carte au trésor de Pirates des Caraïbes.

21 mai 2011

{Test#443} Hit 10 de mai ! Electrik district

Lancer la playlist avant de commencer l'article

C'est enfin le week-end, et je ne sais pas si le vôtre s'annonce aussi chargé que le mien, mais de la musique, il y en a et il va y en avoir, plein les oreilles. Et pour bien commencer, voici ma playlist de mai, avec des trucs nouveaux, d'autres moins, mais ça bouge, et c'est cool.


En dernière place du classement, c'est Kickstart de Example. Le genre de titres qu'on aime bien mettre le samedi matin, au réveil, pour partir du bon pied et se motiver. Une bouffée d'optimisme de la part de ce chanteur venu de l'autre côté de la Manche.


Tout juste devant, à la 9è place, c'est Muse que j'écoute, avec un titre de leur album dont j'ai déjà parlé, The Resistance. Il s'agit de I belong To you, qui balance pas mal, juste après Example. On en est encore au café et la patate est au maximum. Lyrique et électrique, lâchez votre mug et bougez vos fesses encore endormies sur le tapis du salon. Ça fait du bien.


Next, c'est Sheryl Cole, la chanteuse des Girls Aloud qui nous motive encore un cran au dessus, avec son Promise this. Enfilez un jean, et c'est typiquement le genre de chansons qu'on écoute à fond dans ses écouteurs en marchant d'un pas ultra décidé dans la rue, un sourire pendu au coin de la bouche. Au mieux les gens pensent que vous êtes mannequin, au pire un peu dingo.


7è place pour Robyn, que j'aime beaucoup, avec Dancing on my own. Encore une fois un titre dont la rythmique donne envie de marcher droit devant sans s'arrêter. Ce qui est un peu souvent le cas avec Robyn. Cette fois vous pouvez rajouter des vagues avec vos bras sur le "oooh ohhhh ohhhh" de Robyn. Là c'est sûr, plus personne ne vous prend pour un mannequin.


Toujours plus haut, toujours plus fort avec Jolie Chérie à la 6è place, dont j'ai parlé il y a un moment maintenant. Insomnie est un titre chaloupé, entre lounge, paroles scandées à la Yelle et ambiance Jazzy. La Jolie Chérie qu'on retrouve par ailleurs sur le label Kitsune, dans son album maison n°10. Parfait pour l'apéro.


Après ce trio féminin, besoin de testostérone en 5è place, c'est Cazwell qui vient rapper, et en mettre plein la vue avec All over Your face. Paroles imagées, musique rétro, il y a tout ce qu'il faut. La soirée peut vraiment commencer.


Juste aux pieds du podium, je vous en parlais il y a tout juste quelques jours, c'est justement Yelle et son Safari Disco Club. Décidément, c'est vraiment un titre sympa. Même si parfois je ne sais pas pourquoi ça me rappelle le club Dorothée.


Voici le moment le plus intéressant : les trois premiers. Médaille de bronze pour LadyGaga et son Judas. Ok, elle fait de plus en plus peur, je suis pas fan de ses deux derniers titres, mais Judas ça va. Et j'aime bien le coup des apôtres motards dans le clip.


Numéro 2, je l'écoute tout le temps, c'est Not Giving up on love, de Armin Van Elden vs Sophie Ellis Bextor. Un titre qui, si vous n'aviez toujours pas la pêche (je ne comprends pas comment ce serait possible), vous la met direct, et pour longtemps ! Des envies de liberté, de vacances, de paysages magnifiques et de soleil. Ça fait du bien, encore.


Enfin en première position, c'est Adèle, avec Rolling in the deep. Un titre vraiment chouette que je ne me lasse pas d'entendre. Pour cette playlist, je vous ai mis un remix, de Leit-Motiv, franchement pas mal. Mais celui de Flashcookie, le DJ des Doctor Love et LIM est encore mieux. Et ça tombe bien, la Doctor Love c'est ce soir (au Paris Bodega) ! A tout à l'heure !

20 mai 2011

{Test#442} Les bonbons Nintendo


Aujourd'hui je vais vous parler de quelque chose d'absolument essentiel à tout bureau de geek qui se respecte : la boîte de petits bonbons Nintendo.

Je suis tombé dessus la semaine dernière, en furetant à travers les rayons du Mk2 Store (au Mk2 Bibliothèque, que je vous conseille grandement si vous ne le connaissez pas déjà), et je suis une fois de plus tombé immédiatement amoureux.


Les petites boîtes de bonbons se déclinent sur tous les accessoires Nintendo : des boîtes en forme de manette Wii, du Cube ou de l'Etoile de Mario, ou encore le fameux Champi (en vert, bleu ou rouge). C'est pour celui-ci que j'ai opté.

La boîte est en deux parties, toutes deux en métal peint. Le chapeau du champi se détache pour découvrir des petits bonbons, eux aussi en forme de champignons et au goût très proche des Pez de notre enfance. La boîte n'est pas ultra grande, et la contenance pas énorme non plus, du coup.


Le prix est de 5€ chez Mk2 (ah oui c'est pas donné, c'est bobo!), 3,95 € sur des sites comme déclic-collection, ou 4,90 € chez Coin du Geek.

Mais j'avoue que même sans bonbons, je l'aurais prise tout de même. Trop chou, sur le bureau. Et puis maintenant que j'ai tout fini, ça me fait une boîte à secrets. Allez promis la prochaine fois je vous parle de ma statuette de la reine Elizabeth qui fait coucou de la main.

18 mai 2011

{Test#441} Les courses à domicile 2 : Ooshop, c'est comme Carrefour en ligne

J'ai parlé il y a quelque temps du service de courses en ligne de Auchan : Auchandirect. Cette fois-ci j'ai testé la version Carrefour des courses online, Ooshop. Nous allons comparer livraison, frais, produits, etc.

Tout d'abord l'inscription au site. Elle se fait en quelques minutes, après vérification que vous êtes bien dans une zone desservie par les livraisons. En revanche, pas de newsletter ni de promotion pour vous souhaiter la bienvenue.


La navigation sur le site est assez aisée. Chaque rayon est divisé, subdivisé jusqu'à une catégorie très précise de produits, l'ensemble de manière très intuitive. Très bon point.

La commande effectuée (elle doit dépasser le seuil de 60 €), vous choisissez là aussi votre plage horaire qui est assez vaste, de 7h00 à 21h00, par tranche de 2 heures. La livraison en revanche a de quoi faire peur, 9 € sinon rien, et ce pour toutes les plages horaires.


Si vous commandez de nouveau dans un laps de temps assez court (j'ai testé moins d'un mois après ma première commande), les coûts de livraison baissent, en revanche. C'est cette fois entre 4 et 7 € que les frais me sont proposés, en fonction de l'heure.

Les produits frais sont assez bons (mais à péremption assez rapide), les surgelés sont... surgelés, et les produits de la marque Carrefour intéressants au rapport qualité-prix.


En revanche la livraison, prévue entre 8 et 10 heures est arrivée une demi-heure en retard, pas cool pour les pressés, mais il est possible de permettre au livreur de confier vos courses à vos voisins, si vous les estimez dignes de confiance.

Et cette fois, pas de conditionnement protégé en carton, tout arrive un peu en vrac dans des grands sacs blancs. Je n'ose imaginer les fruits trimballés dans tous les sens !


L'avantage du prix reste valable pour ce site, si ce ne sont les frais de port assez élevés au départ, et en fait au même titre que Auchandirect un moyen de faire ses courses économique et bon pour les flemmards.

Les deux sites testés sont finalement assez équivalents, avec chacun des point forts et faibles différents.

Ooshop, c'est par là.